Office de Tourisme
6, rue du Pilori
02 40 23 00 70
www.tourisme-lecroisic.fr
officetourisme@lecroisic.fr

Octobre à mars (inclus)
Lundi au samedi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30
Fermeture les dimanches et jours fériés
Avril à juin (inclus) et septembre
Lundi au samedi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30
Dimanches et jours fériés de 10h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h00
Juillet et août
Lundi au samedi de 9h00 à 19h00 Dimanches et jours fériés de 10h00 à 17h00

Suivez-nous
GO UP

Rencontre avec Romain Lambert

Conchyliculteur, 30 ans, à la tête de Coquillages Croisicais depuis 2013

Romain---Coquillage-Croisicais---Le-Croisic

Romain LAMBERT

Gérant de l’entreprise COQUILLAGES CROISICAIS

Originaire de la presqu’ile Guérandaise, Romain a suivi une formation en cultures marines à Guérande et a poursuivi ses études supérieures en commercialisation près de Nantes avant de reprendre le flambeau de l’entreprise familiale « Coquillages Croisicais » auprès de son frère Hugo et de Serge Guillemot.

Quelle est ta définition de la conchyliculture ?

Selon moi, la conchyliculture ce n’est pas que l’élevage de coquillages, c’est avant tout un métier de passion.
Il faut avoir l’amour du milieu marin, nous sommes au cœur d’une profession complètement dépendante de l’environnement, de la météo, et de tout ce qui nous entoure. Il y a certes une partie technique de production mais il faut ressentir la mer, sinon on n’y arrive pas.

La particularité d’élever des coques au Croisic ?

Nous travaillons dans un milieu plutôt sableux, bien protégé des vents forts et relativement à l’abri des tempêtes. Ce qui nous permet de toujours pouvoir travailler, d’avoir du stock pour nos clients et d’éviter que nos coques ne disparaissent au large avec les tempêtes.
L’accès aux parcs en tracteur ou en chalands, nous permet d’être réactif et de profiter le plus possible de la marée.
La proximité des marais salants de Guérande est aussi un atout majeur car l’eau relâchée par les paludiers au printemps est riche de nourriture pour nos coquillages et facilite leur pousse tout en leur apportant ce petit goût bien particulier de chez nous.

Les 3/4 de la production des coques croisicaises est expédiée en Espagne notamment pour les conserveries. Les 3/4 de la production des coques croisicaises est expédiée en Espagne notamment pour les conserveries.
Un savoir-faire ancestral ou au contraire très moderne ?

Un peu des deux ! Nous allons puiser dans un savoir-faire ancestral, afin de profiter de l’expérience de nos aînés.
Notre entreprise a vu le jour en 1975 et est dans ma famille depuis 2001. Mon frère, Hugo et moi avons repris la suite de l’histoire !
Nous profitons aujourd’hui des technologies et de la mécanique actuelle avec par exemple des « chenillards » (tracteurs dont on a échangé les roues contre des chenilles indépendantes) qui nous permettent de pêcher dans des endroits inaccessibles jusqu’à aujourd’hui. On a mis en place des systèmes de purifications avec filtre à sable et lampe UV pour nos coquillages. C’est donc un juste milieu entre l’histoire et la modernité.

Quelle production en France / au Croisic ?

La production de coques au Croisic s’élève à environ 1 500 tonnes par an. Et principalement en élevage, mais aussi en pêche à pied. Il faut savoir que le traict du Croisic est le centre d’élevage de coques le plus important de France.

Enjeux écologiques ?

Nous sommes complètement dépendants du milieu qui nous entoure, car nos coquillages filtrent l’eau, et grâce aux analyses régulières de nos coquillages nous sommes les sentinelles du milieu marin.
Le moindre changement de qualité d’eau est clairement visible pour nous. Et donc en ce sens nous sommes très attentifs aux enjeux écologiques. La pression démographique ne nous aide pas à percevoir l’avenir clairement, car malheureusement les infrastructures de traitements des eaux ont du mal a suivre et nous sommes toujours dans la crainte de pollution et de la baisse de la qualité de nos eaux, ce qui aurait des conséquences catastrophiques pour nous, professionnels de la mer.

Ta recette avec des coques croisicaises ?

J’aime beaucoup la consommer en apéritif, en préparant une marinade et les déguster au cure dent avec un verre de sangria, comme des tapas en Espagne !

Pêche à pied

Tailles minimales et quantités autorisées

Respectez les tailles minimales et les quantités autorisées par personne :

  • Palourdes (japonaises) : 3,5 cm / 3 kg.
  • Palourdes (européennes) : 4 cm / 3 kg.
  • Huîtres creuses : 5 cm / 5 douzaines (dans la limite de 5 kg).
  • Coques : 2,7 cm / 4 kg.
  • Moules : 4 cm / 5 kg.
  • Crevettes roses : 5 cm.
  • Crevettes grises : 3 cm.
  • Berniques ou patelles : 3 kg.
  • Crabes : 13 cm (tourteau) et 6,5 cm (étrille ou balleresse).
  • Bigorneaux : 3 kg.

Pour connaître les conditions de pêche à pied en temps réel, rendez-vous sur le site de la Préfecture de la Loire Atlantique.

La recette du Chef ! La recette du Chef !
Risotto printanier aux coques du Croisic
Chips de jambon de Serrano
Par François THOREL – Chef du restaurant le TY MAD
FR
Aller au contenu principal